Informations concernant la rhinoseptoplastie //

Les progrès récents :

 

La plupart du temps, avec les progrès réalisés dans ce genre d’opération, le nez est parfaitement naturel, adapté au visage, comme « fait sur mesure ». Dans les années 60, au contraire, on pouvait repérer les nez refaits, car ils l’étaient toujours selon la même technique. Le petit nez retroussé à la parisienne devient aujourd’hui exceptionnel. Actuellement en général, un nez refait ne se voit pas.

Le progrès de ces dernières années est la réalisation de nez vraiment très adaptés au visage de chacun, en particulier grâce à l’utilisation d’implants, c’est-à-dire de cartilage que l’on prélève sur le patient lui-même et qui sert à remodeler le nez d’une autre façon. On peut, par exemple, prendre du cartilage sur la cloison nasale pour créer un bout de nez un peu plus pointu ou pour adoucir un profil. On peut également, lors de l'intervention prélever du cartilage derrière l'oreille pour augmenter un profil trop creux.

 

Les suites opératoires immédiates :

 

- Vous pouvez avoir des bleus, parfois marqués surtout chez certaines personnes, le tabagisme étant un facteur aggravant il est souhaitable de ne pas fumer les 15 jours précédents l'intervention.. Autrement dit, il faut prévoir un arrêt temporaire d'activité d'une durée moyenne de quinze jours, de façon à pouvoir vous cacher des regards inquisiteurs.

- Toute l'opération étant faite par l'intérieur du nez, vous aurez au réveil des mèches dans le nez qui seront retirées au bout de 24 heures si l'opération a réparé une cloison déviée. Le lendemain, vous "saignottez" légèrement des deux narines et vous avez l'impression d'avoir un gros rhume.

- Pendant une semaine, le chirurgien vous prescrira des lavages de nez pour faire disparaître les petites croûtes qui se forment à l'intérieur du nez.

 

La douleur : Cette opération n'est classiquement pas douloureuse.

 

L'ablation de l'attelle ou du plâtre s'effectue au 8ème jour : Le nez qui va apparaître n'est pas le nez définitif. Il est un peu gonflé dans son ensemble et présente des caractéristiques particulières, qui vont s'estomper progressivement. Le nez qui sort de l'atelle est épais, presque aussi large à la racine qu'à la base, en haut et en bas. Il présente de chaque côté les marques de l'atelle. De profil, vous avez le nez grec, c'est à dire dans l'alignement du front, du fait que le petit angle qui sépare le nez du front est momentanément gonflé. De profil encore, la pointe du nez est un petit peu trop relevée.

 

L'évolution : Ces inconvénients quelque peu déplaisants vont disparaître peu à peu :

- Le quinzième jour, vous êtes présentable, mais vous n'avez pas encore votre nez définitif.

- Au bout de deux mois, vous avez l'impression que le nez n'évolue plus. En fait, il évolue encore pendant toute une année au moins, et d'autant plus lentement que la peau était plus épaisse au départ.

- La respiration redevient progressivement normale, mais il n'est pas rare de respirer un peu moins bien par le nez pendant plusieurs semaines. Cela est dû au gonflement à l'intérieur du nez et aussi à l'adaptation nécessaire de la respiration au nouveau volume obtenu. En effet, un nez diminué à l'extérieur est également un peu diminué à l'intérieur. Il va falloir s'y faire !

 

Quelles précautions faut-il prendre après l'opération ?

- Evitez de vous moucher fort pendant une dizaine de jours.

- Ne vous exposez pas au grand soleil au cours du premier mois, afin d'éviter les gonflements.

- Il vous sera interdit de porter des lunettes pendant 15 jours , car celles-ci pourraient déformer un nez encore incomplètement soudé. Une seule solution : les lentilles de contact, pour ceux qui les supportent.

- pas d piscine ni de sports violents ou de sports de fond pendant 1mois

 

Le résultat définitif :

Le résultat définitif ne peut pas se juger avant un an, bien que l'on ai déjà une bonne idée de la nouvelle forme de son nez au bout de deux mois. Ce n'est qu'après un an que le chirurgien pourra pratiquer les photographies postopératoires, et éventuellement, décider d'une retouche.

Celle-ci - dont le patient nous l'avons dit, doit être informé dès la consultation préalable - n'est pas rare : elle concerne environ 10%  des opérés du nez.

Cette seconde intervention est souvent tout à fait minime. Il s'agit habituellement de supprimer une petite irrégularité résiduelle qui accroche la lumière sur l'arête du nez, et, en règle générale, l'opération ne nécessitera, si elle survient, qu'une anesthésie très brève (dix à quinze minutes) et une hospitalisation d'une demi-journée. Il est rare qu'elle entraîne à nouveau le port d'un plâtre; parfois seulement un petit pansement pendant un ou deux jours. Il ne faut pas considérer cette retouche comme un échec de l'intervention, mais comme "la retouche de la couturière".

 

Des complications possibles :

Elles sont rares. Dans un petit nombre de cas, des retouches sont nécessaires. Une complication exceptionnelle est le saignement anormal qui surviendrait dans les suites opératoires.

Entente préalable //

Si cette procédure peut être appliquée, je vous remettrai un formulaire que vous compléterez au médecin conseil de votre caisse d'assurance maladie.

Il vous est vivement conseillé de l’adresser en recommandé avec accusé de réception ou de l’apporter vous-même et d’en avoir un reçu.

En effet si vous n’avez pas de réponse après 15 jours, cette entente préalable est considérée comme accordée, encore faut- il être en mesure de prouver que votre caisse l’a bien reçu.

Dans les 15 jours qui suivent votre demande vous pouvez être convoqué par le médecin conseil. Apportez alors tous les éléments concernant votre nez (radios, scanners, comptes rendus opératoires antérieurs, comptes rendus de consultations, ordonnances).

Les éléments dont tiennent compte les médecins conseils pour accorder la prise en charge sont les troubles fonctionnels respiratoires, les antécédents traumatiques (fractures, traumatismes sportifs), les malformations (comme les séquelles de fentes labiales dites "bec de lièvre"). Les conséquences psychologiques des malformations ne sont que très exceptionnellement prises en compte.

Une fois l’entente préalable accordée, le médecin conseil m'adresse un courrier attestant de cet accord.

Faute de ce document la chirurgie n'est pas pris en charge ou la prise en charge se limitera au seul problème fonctionnel s 'il existe et qui peut être une obstruction nasale secondaire à une déviation septale ou un défaut de la valve nasale qui ne justifient pas de demande d'entente préalable.

Sans entente préalable le coût de l’intervention si elle est uniquement esthétique est celui du devis fourni qui sera majoré de la TVA à 20%