Les rhinoplasties primaires //

Il est certain que le patient qui n'a jamais subi d' intervention chirurgicale nasale présente des avantages sur le patient qui a déjà subi plusieurs opérations. La peau n'est pas marquée, le squelette est présent et facile à analyser, la cloison nasale, déviée ou non, est présente et offre un excellent matériau de reconstruction nasale.

Lors de la consultation pré opératoire, on évaluera la capacité de la peau à se rétracter et prendre une nouvelle forme, les zones du nez anatomiquement en excès ou en défaut, sans oublier la fonction respiratoire, ce qui permettra d’établir un projet esthétique compatible avec les souhaits du patient.

 

La rhinoplastie habituelle de réduction

 

Le nez est trop grand, trop large, trop long au niveau des différentes parties dorsum ou pointe

Le chirurgien va donc réduire le squelette, et la peau va se rétracter pour épouser la forme de ce nouveau squelette, le nez sera alors plus petit et plus joli.

Cependant on doit tenir compte des processus de cicatrisation car la peau nasale ne peut se rétracter que dans une certaine mesure et beaucoup moins que ce que nous pensons. En outre, comme elle se rétracte, elle devient plus épaisse et le nez devient plus rond et a généralement moins de forme.

L’aspect de la pyramide nasale ne dépend pas de la forme de la peau elle-même mais de la forme que le cartilage et l'os sous-jacent lui imposent.

Vu de cette façon, la rhinoplastie devient plus compréhensible, contrôlable et prévisible. Le chirurgien et le patient doivent penser en termes de réduction des zones qui sont en excès et de soutien des zones insuffisantes pour créer la meilleure forme possible pour l'équilibre nasal, tout en améliorant ou en préservant les voies respiratoires.  

 

"Un nez qui convient à mon visage"

Les patients et les chirurgiens parlent souvent de «faire un nez qui s'adapte le visage du patient." Aussi souhaitable que cet objectif puisse être, le plus important est que le patient et le chirurgien se comprennent en termes d'objectifs esthétiques spécifiques:

  • L’arête nasale doit-elle être droite, légèrement creusée ou convexe, et faut il la réduire ou la préserver ?

  • La pointe du nez doit être relevée ou non, de forme angulaire ou plus douce?

Le plan de traitement chirurgical approprié peut alors être établi de façon à maximiser les chances d'atteindre le résultat souhaité.  

Comprendre les objectifs du patient, lui expliquer ce qui est ou non possible et juger du potentiel d'amélioration en une ou plusieurs étapes,

Après la chirurgie, au cours des mois postopératoires, il faut s'assurer que les objectifs du patient ont été réalisés et déceler d'éventuelles imperfections qui peuvent survenir lorsque la cicatrisation évolue  

 

La correction de la déviation de la cloison ne sera souvent pas suffisante pour améliorer la respiration nasale :

 

Avant chaque rhinoplasite il faut évaluer la fonction de la valve nasale de sorte qu’elle puisse être corrigée dans le même temps. 

En effet la paroi latérale du nez contenant les deux valves de chaque côté alors que la cloison est d'un seul côté de la voie aérienne, la chirurgie septale seule améliorera la situation d'un côté et rétréciera par contre l'autre côté. Ceci explique que de nombreux patients ayant subi une septoplastie sont déçus par la faible amélioration obtenue.

Les rhinoplasties secondaires //

L'importance de la fonction des voies respiratoires

 

Les patients qui ont déjà subi une ou plusieurs opérations décevantes ont compris que la chirurgie nasale n'est pas aussi simple qu'il y paraît.

Il semble que la raison la plus fréquente d'échec après chirurgie nasale soit l’ aggravation de la capacité de respirer par le nez.

Cela devrait être évité, les patients doivent respirer aussi bien ou mieux après qu’ avant la chirurgie.

 

Rhinoplastie  Secondaire: principes et pratique

 

Les principes de la "rhinoplastie secondaire», ou la chirurgie nasale sur un nez qui a déjà été opéré, sont sensiblement les mêmes que ceux dans la situation rhinoplastie primaire.

 

Il est important de considérer l'équilibre nasal, la fonction, les déformations du cartilage et de l'os, les zones qui ont besoin de soutien et de mettre au point un projet qui doit dans la mesure du possible satisfaire le ou la patiente.

 

Dans la pratique, la rhinoplastie secondaire est beaucoup plus difficile. Le septum nasal, qui est le premier matériau de construction pour la chirurgie nasale, a souvent été partiellement ou complètement supprimé. Le cartilage, l'os qui créent la forme du nez ont déjà été modifiées et sont marqués ou déformés; et la peau est devenue plus épaisse et moins souple. La voie aérienne est souvent compromise de manière significative.

 

Plus important encore, le patient a déjà subi une ou des expériences décevantes avant, et doit désormais "tout recommencer." Dans ce cadre, il est essentiel que le patient et le chirurgien se comprennent mutuellement.

 

Souvent, il existe plusieurs solutions chirurgicales possibles, chacune avec un résultat différent, dont certaines seront plus compliquées que d'autres. En discutant chaque possibilté avec le patient on retiendra celle qui sera la plus satisfaisante.

 

La cloison nasale étant souvent absente, il faut souvent chercher des matériaux de construction ailleurs, toujours à partir du propre corps du patient.

 

Il n'y a pas de substitut au cartilage et à l'os du patient.

Les matériaux artificiels sont toujours une mauvaise solution dans le nez, en particulier le nez qui a déjà subi une intervention chirurgicale. Bien qu'ils apparaissent comme une solution facile, ils fournissent rarement une solution durable (risque de rejet ou d'infection..), et sont donc vouées à l'échec dans la très grande majorité des cas.

Les greffes sont des autogreffes proviennent en général du cartilage de l'oreille du patient

 

La rhinoplastie secondaire peut être tout aussi réussie que la rhinoplastie primaire, mais en raison d'un problème initial compliqué, la nécessité d'une deuxième opération ou de retouches mineures sont plus souvent nécessaires pour obtenir le meilleur résultat.